Archives par mois : novembre 2015

sopa azteca

Chaque fois que l’hiver pointe le bout de son nez, je pense à la sopa azteca. Simple et rapide à préparer (8 ingrédients max.), elle est réconfortante et rassasiante.

La sopa azteca est beaucoup plus qu’une simple soupe! Dès mon arrivée à Mexico D.F., je me précipite pour la déguster dans mon restaurant favori. Elle m’aide à me remettre du (long) vol et du décalage horaire. Elle me fait penser à l’enfance, la casserole qui bouillait des heures sur le feu, ma mère qui nous promettait à mes frères et à moi que manger de la soupe nous ferait grandir. Quand je pense que mes frères détestaient la soupe et qu’ils sont devenus beaux, grands et forts…

Les soupes mexicaines sont parmi les meilleures du monde. Elles figurent à tous les menus. La tradition culinaire fait la distinction entre le caldo (bouillon de viande, de poisson ou de légumes avec des herbes fraîches et des épices), la sopa (soupe), la crema (soupe de légumes mixés, souvent mais pas toujours, avec l’ajout de crème) et le pozole (grosse soupe de maïs sec, porc ou poulet, accompagnée de garnitures fraîches comme des tranches de laitue ou de chou, des radis et d’avocat.

Au Mexique, boire de la soupe ne se limite pas à ce qui se trouve dans le bol. Les accompagnements jouent aussi un grand rôle. Ici, ma soupe est servie avec des chips de tortillas (à défaut de vraies tortillas), de la coriandre et du magnifique piment pasilla noir et brillant. On peut ajouter des morceaux de mozzarella (ou de fromage de chèvre), de la crème aux noix de cajou, des tranches d’avocats, du citron vert… bref, tout ce que l’on a sous la main.

...lire la suite

Galletas de nueces y canela.

Mon remède dans les moments difficiles? Des biscuits mexicains à la cannelle et aux noix. Ceux-ci ne contiennent ni beurre ni œufs.

Face à la terreur et la barbarie aveugle qui ont frappé Paris, devenue en une nuit capitale de la douleur, le cœur est bien lourd. La digne et courageuse réaction des Parisiens a montré que, face à l’obscurantisme, la Ville-Lumière brillera toujours plus fort.

En cette période d’incertitudes, de chagrin et de recueillement, on a bien besoin de douceur, de sourires et de rires. Et d’espoir aussi. Et de sortir. Pour faire la fête. Ensemble. Solidaires. Pour rester vivants. Pour clouer le bec à tous ceux qui veulent nous faire taire, nous diviser et nous enfermer dans nos peurs.

Noël, c’est tout bientôt. Cette année, j’aimerais que Noël soit autre chose qu’une fête consumériste vidée de son sens. J’ai envie de paix, de compassion, de réjouissances, de partage et d’émerveillement. Comme la magie des Noëls de mon enfance.

Pour se plonger dans l’ambiance, voici une recette savoureuse de biscuits mexicains à la cannelle.

...lire la suite

Tacos de hongos

Nous sommes déjà à la moitié de l’automne, les journées se font moins lumineuses, l’air plus frais… De ma fenêtre, j’observe 3 écureuils en train de jouer dans les plus hautes branches du noyer qui se trouve juste en face. C’est un vrai ballet aérien. Ces malicieux petits acrobates sont en train faire des réserves : ils stockent des noix dans les fissures du tronc ; ils pourront aussi varier leur menu cet hiver, en arrachant les mousses et lichens qui s’agrippent à l’écorce, et ce, sans quitter l’arbre. Futés, ces petits lutins des bois…

Puisque la Nature se met doucement en mode pause, le temps est venu de se nourrir de mets plus riches. Même si je sais qu’on en trouve toute l’année, les champignons sont, pour moi, indissociables de l’automne.

Les champignons sont parmi les aliments les moins caloriques qui existent. En plus, ils sont riches en fibres et très nourrissants. Goût, texture, il existe des tas de variétés différentes (plus de 500 en France). J’aime les champignons. Ils renferment un monde merveilleux, éphémère et souvent troublant. Ces créatures de l’ombre cultivent le sens du mystère, de l’insolite et de l’extravagant. Ils aiment jouer avec l’ambigüité : si certains révèlent d’excellentes qualités gustatives, d’autres distillent de violents poisons et d’autres encore détiennent d’étranges pouvoirs hallucinogènes.

Ces derniers sont utilisés à des fins rituelles par les curanderos (guérisseurs) mexicains depuis des millénaires. Les Aztèques consommaient ces végétaux sacrés (la « chair des dieux ») pour communier et communiquer avec les dieux et les ancêtres. Le Mexique est la terre du genre Psilocybe : des 186 espèces connues dans le monde actuellement- les chiffres bougent sans cesse-, 76 se trouvent sur le sol mexicain (source : ANDY LETCHER, Shroom. A Cultural History of the Magic Mushroom, Harper Perennial, 2007). C’est ce qui explique probablement cette longue tradition ancestrale de l’usage des « champignons magiques qui font les yeux émerveillés».

...lire la suite

Tacos Árabes

En ces jours radieux aux allures d’été indien, je n'ai pas pu résister à l’appel du grand air. J'ai fait séance d'entraînement dehors. Le temps idéal pour profiter des couleurs flamboyantes de l’automne... Un vrai délice pour les yeux.

Comme je ne voulais pas passer trop de temps à cuisiner et que j’avais envie d’un peu de fraîcheur, j’ai eu l’idée de faire des tacos árabes, spécialité de la ville de Puebla. Rien à voir ici avec les coques croquantes vendues dans les kits Tex-Mex des supermarchés. Même si ces kits « déjà prêts » sont assez éloignés ce que l’on peut trouver au Mexique, ils ont le mérite de diffuser la culture « tacos » dans le monde. A leur manière, ils contribuent au renouveau du genre. Et pour cela, je dis bravo !

Manger dans une taquería est une expérience inoubliable. Je me souviendrai toujours du jour où j’ai demandé un alambre vegetariano et du regard ébahi du serveur. Je voyais bien à son attitude qu'iI se demandait s’il n’était pas victime d’une mauvaise blague ou s’il avait affaire à une folle. Il n'a pu empêcher de s'exclamer : « ¡es puro vegetal ! » (« Que des légumes ! »). Son ton alarmiste sous-entendait que ce serait un peu léger. Après s’être assuré que c’est bien ce que je voulais, il a exécuté la commande sans sourciller, à la fois stupéfait et amusé. Et c’était un vrai régal !

Dans les taquerías, la nourriture est préparée instantanément à partir d’ingrédients frais et à une vitesse qui défie n’importe quel menu (préparé à l’avance) des chaînes de fast-foods.

...lire la suite